Les femmes et le yoga

Dans l’univers du Yoga, les maîtres connus ou familiers sont, en majorité, des hommes : Swami Sivananda Saraswati, Swami Satyananda Saraswati, B.K.S. Iyengar, Sathya Sai Baba, Râmakrishna, Sri Ramana Maharshi, Swami Vivekananda, Sri Ramana Maharshi, Sri Sri Ravi Shankar, etc. Mais qu’en est-il des femmes ? Il y en a plusieurs qui méritent d’être mises de l’avant. J’en ai choisi six pour vous, devant faire un choix car elles sont nombreuses. Parmi ces six femmes, il y en a une qui n’est pas liée au yoga, mais en complète union avec elle et le monde, ce qui est après tout le YOGA, union. J’ai donc choisi de l’inclure dans cette courte liste.

MIRABAI – LA REBELLE DÉVOUÉE

Mirabai ou Meerra (+-1498-1546) est reconnue pour la centaine de Bhajans (chants d’amour mystique) dédié à son Dieu Krishna. Comme le veut la tradition indienne, elle fut mariée très jeune à un Maharaja indien. Elle ne lui donna jamais d’enfant s’affirmant être mariée au Dieu Krishna. Son « vrai » mari, ayant plusieurs épouses et plusieurs enfants, fut assassiné par l’un de ses fils avide de pouvoir. En Inde, à cette époque, lorsque les femmes deviennent veuves, elles doivent s’immoler, ce qui devait être le cas pour Mirabai. Elle s’enfuit plutôt du royaume pour débuter un pèlerinage et chanter Krishna. Elle a donc composé de nombreux poèmes et bhajans pour Krishna qui sont, apparemment, encore beaucoup chantés aujourd’hui en Inde. On raconte qu’elle aurait disparue, et que son corps n’aurait jamais été retrouvé. La légende rapporte que sa seule trace était celle de son voile posé sur une statuette de Krishna. Mirabai est un exemple de dévotion (Bhakti) pure, faisant fi de toutes conventions et système hiérarchique pour l’amour de son Dieu. « Her appeal and influence in Indian culture, […] is from her emerging, through her legends and poems, as a person « who stands up for what is right and suffers bitterly for holding fast to her convictions, as other men and women have », yet she does so with a language of love, with words painting the « full range of emotions that mark love, whether between human beings or between human and divine»1.

ANANDA MAYI MA – L’INCARNATION DE LA FÉLICITÉ

« Before I came on this earth, Father, ‘I was the same’. As a little girl, ‘I was the same’, I grew into womanhood, but still, ‘I was the same’… Ever afterwards through the dance of creation changes around me in the hall of eternity, ‘I shall be the same »2. Ces quelques mots furent offerts par Ananda Mayi Maa à Paramahansa Yogananda lors d’une visite à Calcutta en 1936. Ananda Mayi Ma (ou Ma Ananda Moyi ou Mataji 1896-1982) est une Sainte indienne. Elle est reconnue pour ses divers miracles, de même que pour sa personnalité illuminée, dès son plus jeune âge. Mariée à 12 ans, son premier disciple a été Bholânath, son mari. Elle aura fréquenté l’école à peine deux ans, mais connaissait toutes les écritures sacrées par coeur, avec coeur. Comme elle le prétend: «If someone really wants God, and nothing but God, he carries his book in his own heart, he needs no printed book »3. Étant régulièrement en pleine conscience, Ma n’aura jamais d’enfant car son mari ne pouvait de toute façon l’approcher. Lorsqu’il le faisait, il recevait des chocs électriques ! Ma a parcouru l’Inde durant de nombreuses années afin de partager ses enseignements. Plusieurs personnalités sont venues la rencontrer, dont Gandhi et Pierre-Elliot Trudeau, ex premier ministre du Canada ! Il faut lire les écrits de ce personnage fascinant et inspirant, même si Dieu ne se trouve pas dans les livres, comme elle le précise.

Pour plus de détails: anandamayi.org

AmmaAMMA – LA MÈRE RÉCONFORTANTE ET AIMANTE

On la surnomme la « hugging mother ». Mata Amritanandamayi, affectueusement nommé Amma pour Mère, est né en 1953 et parcours maintenant le monde afin de donner des câlins aux gens. Elle offre amour et compassion aux humains qu’elle rencontre. Des milliers de personnes font la file pendant des heures pour recevoir l’un de ses câlins. Il peut s’agir d’une pratique étrange pour plusieurs, mais il faut la rencontrer pour se rendre compte de son amour inconditionnel. J’ai eu la chance de recevoir un câlin de sa part lors d’un passage à son Ashram en Inde il y a quelques années. Je ne peux vraiment décrire concrètement l’effet de cette rencontre, mais quelque chose fut semé en moi après à ce darshan. 34 millions de personne aurait été en contact avec elle. Pour AMMA, l’amour est LA religion et elle s’est donnée la mission de réconforter les âmes avec un amour inconditionnel. « Amma explains, « In India, women are expected to remain in the background. It is said that ‘Even the walls should not hear them.’ My family could not understand my way of reaching out to people; they had no idea of the spiritual principles. » But despite adverse reactions, Amma followed her heart, later explaining, “A continuous stream of love flows from me to all of creation. This is my inborn nature. The duty of a doctor is to treat patients. In the same way, my duty is to console those who are suffering.« 

Pour plus de détails: amma.org

SAI MAA – LA JOIE ET L’AMOUR INCARNÉS

Une amie qui suit Sai Maa et avec qui je pratique le Kirtan m’a souvent parlé d’elle. Au mois d’août dernier, Sai Maa était en visite à Montréal. Avec un groupe de musiciens, nous avons eu le privilège de chanter et de jouer pour elle. J’ai par le fait même eu la chance de la rencontrer. Le sourire, l’amour et la joie de cette femme sont contagieux. Sai Maa est née d’une famille indienne à l’Île Maurice, elle aussi en 1953. Dès son jeune âge, comme toutes les femmes précédentes, elle travaille avec l’énergie dans le but de guérir les âmes. Dans son parcours de vie, elle s’est mariée en France et a mis au monde deux enfants. Elle a occupé plusieurs emplois entre autres dans le domaine politique pour le Conseil municipal de Bordeaux en plus d’aider à réformer le système de santé dans l’Union Européenne pour le gouvernement français. Elle rencontre Satya Sai Baba en Inde et devient sa disciple. Aujourd’hui, elle se consacre pleinement à sa vocation, celle d’éveiller la conscience des gens. Elle parcours la terre en partageant ses enseignements, en plus de réaliser diverses oeuvres humanitaires. « Le Divin se révèle à chacun de nous, sous la forme de l’Amour ». Om Jai Jai Sai Maa !

Pour plus de détails: sai-maa.com

SWAMI SATSANGI – LA CONSCIENTE DÉVOUÉE

Swami Satyasangananda Saraswati, affectueusement nommée Swami Satsangi est née en Inde, elle aussi en 1953, comme Sai Maa et Amma. Elle eu le privilège de recevoir une éducation dite « normale » en Inde. Très jeune, elle expérimente des éveils spirituels qui la guide vers un maître dont elle fera la rencontre à l’âge de 22 ans, Swami Satyananda Saraswati. Elle décide alors de devenir une ascète et de suivre son maître, de lui dédier sa vie et recevoir ses enseignements. En 1989, son maître reçoit une vision d’un endroit où établir un centre afin qu’Il puisse vivre loin de la vie mondaine pour quelques années après une grande implication humanitaire. Swami Satsangi part alors à la recherche du lieu, le trouve, négocie l’achat du terrain et débute la construction de l’ashram tel qu’on le connaît aujourd’hui à Rikhiapeeth. À l’époque, ce village était pauvre, sans route ni électricité… Avec détermination, foie et amour, Swami Satsangi construit cet ashram en y établissant une véritable communauté, en impliquant les gens du village à la construction, ce qui leur offre du travail, en plus de les éveiller en vue de l’arrivée de son maître à Rikhia. La mission de Swami Satsangi, comme toutes ces autres femmes, est d’éveiller la conscience des gens. Présentement, elle réside à Rikhia où elle transmet ses enseignements et travaille sans relâche à soutenir les plus pauvres et démunis, et tous celles et ceux avides de découvrir leur vraie nature. Elle parcours également la planète pour transmettre ses enseignements qui sont aussi ceux de Swami Sivananda Saraswati, le maître de Satyandana, Servir, Aimer et Donner. Pourquoi, selon elle, le yoga est-il si véhiculé aujourd’hui ? « It is because yoga has the capacity and potential to take care of the multifaceted needs of mankind.4 »J’ai également rencontré cette femme en Australie en 2013 lors d’un séjour dans un ashram. Sa présence, sa profondeur, sa simplicité, sa dévotion et sa cohérence en font une femme inspirante. Namo Narayan !

Pour plus de détails: biharyoga.net/yoga-vision/swami-satyasangananda-saraswati

HILDEGARD VON BIGEN – L’ILLUMINÉE ALLUMÉE

Enfin, j’avais envie de vous présenter une femme ayant vécue au Moyen-Âge, cette fois-ci une Chrétienne mystique moins connue, qui a énormément contribué à l’humanité. Hildegard Von Bigen (1098-1179… elle a presque vécue 100 ans en l’an mile… C’est en soi un miracle !) est une Allemande née au 11e siècle. Elle fut canonisée en… 2012 seulement. Pourtant, avec ses multiples connaissances dans divers domaines, elle a fait évoluer la conscience humaine. Elle a réalisé de nombreux écrits théologiques, médicaux, botaniques en plus d’écrire multiples poèmes et pièces musicales sublimes. Elle aurait à elle seule créé le plus grand répertoire de pièces musicales du Moyen-Âge. C’est d’ailleurs un ami compositeur qui me l’a fait découvrir. Enfant, elle avait des révélations mystiques qui ont perdurées tout au long de sa vie. Elle en a d’ailleurs rassemblé plusieurs dans un livre dont le titre est Scivias. De plus, deux abbayes pour femmes furent créés sous sa gouverne. À l’époque, les hommes et les femmes monastiques étaient séparées, mais sous le même toit, ce qui engendrait parfois problèmes et conflits. Elle a ordonné de créer un abbaye réservé aux femmes en usant de son influence et « position politique » pour arriver à ses fins.

Pour la découvrir, visionnez ce film sur sa vie.

Toutes ces femmes ont une chose en commun : elles sont toutes entièrement dévouées au service de l’humanité et au divin, sans rien attendre en retour. Nous pouvons nous inspirer d’elles pour élever notre conscience. Après tout, c’est ce qu’elle nous souhaite, avec tout leur amour.

JAI AMBE MA !

1 – Edwin Bryant, Krishna: A Sourcebook, Oxford University Press, 2007, page 245.
2- Alexander Lipski, The Essential Sri Anandamayi Ma, Life and Teachings of a 20th Century Indian Saint, préface de Joseph A. Fitzegerald, World Wisdom, Delhi, 2007, p. 3
3 – Ibid, p. 5
4 – Swami Satyasangananda Saraswati, Satsangs on Yoga. Jnana Yoga, Karma Yoga and awakening the Vijnanamaya Kosha,Yoga Publications Trust, Munger, Bihar, 2012, p. 1

The following two tabs change content below.
Julie Jignasa

Julie Jignasa

Julie Legault ou Jignasa est passionnée de yoga et est diplômée de L’École de Hatha yoga Satyam. Elle pratique le yoga depuis plus de 15 ans. Elle a séjourné dans des ashrams Satyananda en Australie, Nouvelle-Zélande et en Inde. C’est à ces endroits qu’elle fut initiée au style de vie « yogique » et qu’elle y a entre autres découvert le Kirtan, chant de dévotion, qu’elle pratique régulièrement. Elle enseigne le yoga chez Soham Yoga et en privé. Julie a aussi été agente de développement culturel à la Ville de Montréal pour le réseau Accès culture pendant 9 ans. Elle a fait des études universitaires en histoire de l’art, communication et muséologie. Tout comme le yoga, l’art est pour elle une façon de se connecter à soi, à sa nature profonde, de même qu’aux autres.
SHARE IT:

Leave a Reply

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>