Méditation : l’infini au coeur de nos vies éphémères – entrevue de Christophe André par Leili Anvar

Christophe-André

Il y a quelques années, j’ai découvert Christophe André en lisant son livre Les états d’âmes ; un parmi plusieurs autres qui ont connu un succès croissant ces dernières années. Psychiatre spécialisé dans les troubles anxieux et dépressifs, Christophe André pratique depuis des années la méditation dite de pleine conscience et l’utilise à des fins thérapeutiques. Cette technique laïque a été simplifiée et codifiée par l’américain Jon Kabat Zinn dans les années 70.

De nos jours, la méditation de pleine conscience connait un succès planétaire et elle est reconnue pour les bénéfices qu’elle apporte sur la santé mentale et physique. Elle est notamment utilisée actuellement dans des centaines d’hôpitaux aux États-Unis et de plus en plus en Europe.
En avril dernier, Christophe André a été l’un des invités à l’émission Les Discussions du soir avec Leili Anvar sur France Culture.

 

Extrait lu par Leili Anvar  :

À chaque pas qu’il faisait sur la route, Siddhartha apprenait quelque chose de nouveau, car le monde pour lui était transformé et son coeur transporté d’enchantement. Il vit le soleil se lever au-dessus des montagnes boisées et se coucher derrière les lointains palmiers de la rive ; il vit, la nuit, les étoiles, leur belle ordonnance dans le ciel et le croissant de la lune, tel un bateau flottant dans l’azur. Il vit des arbres, des astres, des animaux, des nuages, des arcs-en-ciel, des rochers, des plantes, des fleurs, des ruisseaux et des rivières, les scintillements de la rosée le matin sur les buissons, de hautes montagnes d’un bleu pâle, au fond de l’horizon, des oiseaux qui chantaient, des abeilles, des rizières argentées qui ondulaient sous le souffle du vent. Toutes ces choses et mille autres encore, aux couleurs les plus diverses, elles avaient toujours existé, le soleil et la lune avaient toujours brillé, les rivières avaient toujours fait entendre leur bruissement  et les abeilles leur bourdonnement ; mais tout cela, Siddhartha ne l’avait vu autrefois qu’à travers un voile menteur et éphémère qu’il considérait avec défiance et que sa raison devait écarter et détruire, puisque la réalité n’était point là , mais au-delà des choses visibles. Maintenant ses yeux désabusés s’arrêtaient en deçà de ces choses, ils les voyaient telles qu’elles étaient, se familiarisaient avec elles, sans s’inquiéter de leur essence et de ce qu’elles cachaient, il tâchait de découvrir le petit point de ce monde où il arrêterait ses pas. Qu’il était beau le monde pour qui le contemplait ainsi, naïvement, simplement, sans autre pensée que d’en jouir !

Extrait du livre Siddhartha de Hermann Hesse

 

 

main-fleur

Hors-série de Psychologies Magazine sur la méditation (mars – avril 2017)
Psycho Actif, blog de Christophe André

The following two tabs change content below.
Gwen

Gwen

Gwen a suivi son premier cours de yoga en 2006 à Montréal. Touchée profondément (ancrage et calmage de pompon), cette discipline ne l'a plus quittée. Elle a suivi une formation de professeur auprès de Lyne St-Roch et de nombreux ateliers et cours de yoga avec Marie-Pierre Germain et de méditation avec Pascal Auclair. La pratique du hatha-yoga, l'étude de la philosophie du yoga, et surtout leur infiltration dans son quotidien, lui ont apporté de précieux bienfaits.
SHARE IT:

Leave a Reply

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>