PARADOXE DU CHOIX : plus on en a et moins on est content

Selon le psychologue Barry Schwartz, notre société occidentale nous offre trop de choix.

Voici les conséquences :

1- Paralysie/blocage

Paralysie et perte de temps car on ne sait juste pas quoi choisir ! Voici un exemple parmi tant d’autres rencontré au quotidien :

Photo François Roy

2- Regret/insatisfaction

Aucun choix ne sera parfait et donc il est encore plus facile d’imaginer les avantages des autres opportunités non choisies.

« Plus il y a d’options, plus c’est facile de regretter quoique ce soit qui soit décevant à propos de l’option qu’on a choisie. »

ou comme dirait ma mère (impossible de retrouver la citation qui l’a inspirée) : dans tout choix, il y a frustration.

« Cette caricature nous dit plusieurs choses. Elle nous parle de vivre au moment présent, et probablement aussi de faire les choses lentement. Mais une chose importante qu’elle souligne est qu’à chaque fois qu’on choisit une chose, on choisit de ne pas faire d’autres choses. Et ces autres choses peuvent avoir plusieurs caractéristiques attrayantes, et ça va rendre ce qu’on fait moins attrayant du même coup. »

-3 Mauvaise estime de soi

Nos attentes et notre part de responsabilité s’accroissent quant aux choix à faire.
« Ajouter des options à la vie des gens ne peut que hausser les attentes des gens par rapport à combien ces options vont être bonnes (…) Alors quand les gens prennent des décisions, et même quand les résultats de ces décisions sont bons, ils se sentent déçus,ils se blâment.»

Des solutions/conseils ?

Selon Barry Schwartz, « L​e secret du bonheur, c’est d’avoir peu d’attentes. »​ ou comme l’aurait dit Saint-Augustin, « Le bonheur, c’est de continuer à désirer ce qu’on possède déjà. » Prévu à notre longue liste de lectures, son livre Le paradoxe du choix contient peut-être d’autres pistes plus précises. Il termine néanmoins sa conférence en suggérant une solution à teneur sociale et écologique :

«Si un peu de ce qui permet aux gens dans nos sociétés de faire tous les choix que nous faisons était transféré aux sociétés dans lesquelles les gens ont trop peu d’options, non seulement leurs vies en seraient-elles améliorées, mais les nôtres en seraient également améliorées. Les économistes appellent ça une amélioration au sens de Pareto. La redistribution des revenus profite à tous, pas juste aux pauvres, à cause de l’accablement que nous cause tout cet excès de choix.»

 

Visionnez la conférence (sous-titres français disponibles) :

The following two tabs change content below.
Gwen

Gwen

Gwen a suivi son premier cours de yoga en 2006 à Montréal. Touchée profondément (ancrage et calmage de pompon), cette discipline ne l'a plus quittée. Elle a suivi une formation de professeur auprès de Lyne St-Roch et de nombreux ateliers et cours de yoga avec Marie-Pierre Germain et de méditation avec Pascal Auclair. La pratique du hatha-yoga, l'étude de la philosophie du yoga, et surtout leur infiltration dans son quotidien, lui ont apporté de précieux bienfaits.
SHARE IT:

Leave a Reply

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>